Projet :

Construction d’un Hôtel pour chercheurs de 120 chambres / Atacama, Chili







© LAN architecture

Description :

Extrême
Extrême est le mot qui est venu le plus souvent sur la table au moment de cette étude.
Extrême, mais nécessaire, est le choix d’implanter une forme de vie et d’activité dans cette région.  
Extrême est le site, le climat, sa sècheresse, la lumière, la dimension horizontale de ce territoire.
Extrême est aussi la manière dont les gens utiliserons ces lieux : sans horaires, sans règles, sans connexion autour de ce site, perdu au milieu du désert.
Extrême est le fait de ne pas avoir d’autre choix, une fois sur place, que de vivre dans cet hôtel.
Extrême est encore le temps qui nous a été donné pour dessiner un projet qui puisse prendre en compte toutes ces données.

Faire face à l’extrême
Voilà donc le fil conducteur de notre quête, qui en partant du désert nous a conduit à travers les civilisations, les techniques et les architectures, à une idée.
Comment retranscrire ces « conditions » au milieu d’un site qui pendant des millénaires n’a pas généré ce phénomène par lui-même ? Comment transposer un semblant d’urbanité dans cet univers ou la nature dépasse de loin l’homme ?

Notre projet d’hôtel est devenu rapidement le projet d’une petite ville, un « établissement humain » dans lequel se concentrent habitat, commerce, éducation, politique et culture.

Pour atteindre l’objectif annoncé nous avons mis en place une stratégie ou chaque partie du projet joue un rôle essentiel dans la définition de l’ensemble : les chambres deviennent toit, le toit – une place, la place - une fenêtre, la fenêtre – façade, la façade – paysage, etc….

Le bâtiment se compose d'un hôtel et d’un complexe de loisirs. Il mesure 32,7 m x 144,8 m. Réparti sur trois niveaux et creusé en partie dans la pente, il semble flotter au-dessus des lignes de contour et est orienté à l'ouest, parallèlement à la pente, avec vue vers le désert de sel de l’Atacama.

L’objectif  principal du projet est de générer des espaces de transition entre l'extérieur et l'intérieur qui permettent de réduire les besoins en énergie et qui offrent une variété de situations différentes aux habitants.

Nous avons scindé le programme en deux parties: la zone supérieure dédiée aux chambres et la zone inférieure pour accueillir les espaces communs.

Afin de limiter au maximum l’impact de l’opération sur le site et profitant du changement de niveau, le système des chambres s’installe sur le plateau haut, protège et défini les espaces communs situés au niveau bas.

Les chambres sont à leur tour réparties sur trois niveaux: les suites sont situées au niveau deux, avec un accès direct depuis et vers le campus. Cet étage est connecté à l’intérieur avec les zones inférieures communes ainsi qu’aux deux autres étages de chambres.

Les chambres se juxtaposent en terrasse, encastrées entre elles pour définir des qualités d’espaces extérieurs variées. Chaque habitation bénéficie ainsi d’une terrasse individuelle protégée, et d’un belvédère plus large, ou regarder le coucher du soleil et rencontrer ses collègues.

L’orientation et la qualité de la vue ont été les principaux facteurs de l’organisation en plan des chambres.  49% des chambres sont orientées à l’ouest, 24% à l’est, 17% au Nord et 10% au Sud.
Cette disposition génère deux « piazzas » à l’est et à l’ouest, praticables dans les différentes heures du jour en fonction de la course du soleil.

La disposition et l’organisation de la partie supérieure du projet définissent les espaces communs.

L'entrée principale de la résidence est au rez-de-chaussée, au niveau -8,00 m, où tous les services d'accueil sont rassemblés.
A cet étage, le programme divise l'espace en une zone « humide », où se trouvent toutes les activités sportives ainsi que les jardins, et une zone « sèche », incluant les restaurants et les salons de la salle polyvalente.

Le restaurant possède environ 5 m de hauteur sous plafond; des puits de lumière le connecte visuellement à l’ouest et l’horizon devient le protagoniste de son identité; il participe par sa lumière et ses couleurs à l’identité de ce lieu. Les salons sont utilisés 24h sur 24h, ils doivent donc être capables d’accueillir à la fois des grands rassemblements autant que des petits groupes, voir des personnes seules.

La piscine est à 12 m de hauteur sous plafond ; c’est une sorte de serre habitée – de paysage délimité par un intérieur qui restitue un microclimat très différent de celui extérieur. La lumière zénithale modulable permet différentes ambiances.

Le climat du désert de l’Atacama est très particulier, et bien qu'il soit vécu comme extrême et inhospitalier, les températures ne sont pas si extrêmes à l'altitude de 2900m du site. La conception bioclimatique du bâtiment est basée sur la protection solaire et la limitation des pertes de chaleur pendant la nuit.

Le rayonnement solaire est important car il va de pair avec une couverture nuageuse pratiquement absente. En conséquence, les personnes et les bâtiments sont exposés à un haut degré d'ensoleillement pendant la journée et la nuit, presque toute l'année. Mais lorsqu’on est protégé du soleil et du vent tout en profitant de la chaleur à l'extérieur, cela devient l'un des climats les plus agréables.

Ainsi, notre stratégie s’est basée sur une structure de plateaux décalés offrant une protection du soleil et permettant la création de zones tampons qui limitent la convection. Ces espaces sont également un prolongement extérieur des chambres.

L'objectif est de limiter les exigences du bâtiment en termes de chauffage, de refroidissement et d'éclairage.  L'effet est d’adoucir la courbe de température extérieure, tout en limitant les effets du vent et du rayonnement.

Le bâtiment est conçu comme une structure en acier permettant un haut degré de préfabrication, et réduisant le temps de travail sur le site; une structure hautement ductile qui peut bien répondre à la forte charge sismique et qui permet une grande flexibilité dans l'utilisation du bâtiment.

 


Maître d'oeuvre:

LAN Architecture (architecte mandataire), Bollinger-Grohmann (structure)

Maître d'ouvrage:

ESO – Observatoire Européen Austral

Lieu:

site d'ALMA, désert chilien de l’Atacama, situé à 50 km à l'est du village de San Pedro de Atacama au nord du Chili

CONCOURS: 2011

 
< retour

•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2012 - tous droits réservés -