Projet :
Domaine du GRAND MESNIL - 3 secteurs de psychiatrie adulte (90 LITS)

M-C GANGNEUX

M-C GANGNEUX

M-C GANGNEUX

M-C GANGNEUX

M-C GANGNEUX
Reportage photos : jean Marc BESACIER

Description :

L’ECHELLE ...
Il ne reste du domaine du Grand Mesnil à Bures sur Yvette que les frondaisons de son parc classé, le château et sa pelouse qui se caractérisent par une symétrie classique.
La façade nord du nouveau bâtiment borde la pelouse du château et reprend le thème de l’arbre, des branches et de l’attache des feuilles. Les éléments miroirs de cette façade lui donnent un caractère cinétique en reflétant le ciel, les frondaisons et le château à la manière d’un kaléidoscope. Ce dispositif diminue l’impact visuel et l’échelle du nouveau programme. La logique de composition propre au 18ème siècle français est ainsi mise en valeur, sans s’imposer dans le nouvel ensemble.
L’édifice s’inscrit dans le site comme un révélateur à travers les matériaux, les techniques et les formes propres à notre époque, sans nostalgie. Il n’offre aucune concession au passé mais trouve son sens dans l’idée de faire entrer la nature dans l’institution de soins psychiatriques où l’enfermement reste une réalité.

LIMITES-INTERIEUR-EXTERIEUR …
L’enveloppe extérieure du bâtiment décline l’idée de la limite entre l’intérieur et l’extérieur en misant sur la transparence, le reflet, le filtrage de la lumière, l’interposition d’espaces entre des peaux successives pour donner de l’épaisseur.
Les verrières, les résilles des coursives et les baies permettent soit le cadrage du paysage, soit la perméabilité de l’espace vers l’extérieur offrant la continuité avec le parc. L’espace intérieur s’anime à volonté suivant l’orientation et la qualité de la lumière naturelle au fil de la journée.
La paroi est complexe : elle intègre des matériaux industriels comme l’isolant rigide extérieur et la vêture en résine irisée qui change de couleur et de texture suivant la lumière, des matériaux naturels comme le bois qui se décline en claustras à l’ouest et au sud, ou des matériaux transparents comme les murs vitrés du rez-de-chaussée ou le double peau transparente au nord. Lumière et nature assurent la convivialité nécessaire aux soins et aux activités qui permettront aux patients de mieux vivre leur séjour à l’hôpital.

FONCTION…
Le programme classique d’hébergement et de soins intensifs en psychiatrie est complété par des équipements inter-secteurs ouverts sur la communauté. Ils correspondent à une réflexion particulière sur la réinsertion active des malades en psychiatrie : salles d’ergothérapie diversifiées (danse et image du corps), cafétéria et salle à manger avec self pour le personnel, les malades en fin de séjour et leur famille. Les aménagements du parc sont soignés et adaptés : pelouse de sport, jardins thérapeutiques, jardins de détente.
Le bâtiment intègre aussi la cuisine centrale du Centre Hospitalier d’Orsay (900+700 repas/jour) desservant les deux sites d’Orsay et Bures mais aussi l’école d’infirmières.


Maître d'ouvrage :
Centre Hospitalier d’Orsay
SHON :
7200 m2
Coût :
14 M. euros
Localisation :
Bures sur Yvette (78)
Architecte :
Agence Marie-Christine GANGNEUX architecte dplg
 
< retour

•  •  •

sommaire - agences - galeries - infos - Produits - Petites annonces - Boutique - liens - conditions - infos légales - contact

© NEOarchitecture - Frédéric TESSIER - 2010 - tous droits réservés -